Les autorités suisses en ligne

Aller directement au contenu.

Procréation médicalement assistée

Lorsqu’un désir d’enfant ne peut être comblé naturellement, il est possible de recourir à la procréation médicalement assistée, c’est-à-dire aux techniques médicales et biologiques visant à traiter la stérilité des femmes, hommes ou couples.

La procréation médicalement assistée n’est autorisée que pour remédier à la stérilité d’un couple et si les autres traitements ont échoué, sont vains ou si le risque de transmission d’une maladie grave et incurable aux descendants ne peut être écarté d’une autre manière.

Le diagnostic préimplantatoire (DPI) n’est admis que pour les couples qui sont porteurs d’une maladie héréditaire grave ou qui ne peuvent pas procréer par voie naturelle.

Marche à suivre

Pour avoir recours à la procréation médicalement assistée, le couple consulte un spécialiste qui, après avoir fait toutes les analyses, l’informe sur les causes de la stérilité, sur les méthodes à disposition pour traiter le problème et sur les risques liés aux différents traitements.

Au cours de l’entretien, le médecin indique les alternatives à la procréation médicalement assistée, comme l’adoption, par exemple. Une assistance psychologique doit en outre être proposée au couple concerné, avant, pendant et après le traitement. Les couples qui demandent qu’un DPI soit effectué doivent en plus être conseillés dans le domaine de la génétique. Ils doivent disposer d’un temps de réflexion entre les entretiens de conseil et la décision de pratiquer un traitement.

Un consentement à la fécondation assistée, signé par le couple, sera présenté avant de commencer tout traitement.

En Suisse, il existe plusieurs centres de procréation assistée.

Don de sperme : pas anonyme, non remboursé et réservé aux couples mariés

Le recours à un don de sperme est réservé aux couples mariés. De plus, la loi permet à l’enfant né par ce biais d’obtenir les données relatives à son père biologique une fois qu’il a atteint sa majorité. Il s’adresse pour ce faire à l’Office de l’état civil, qui informe le donneur de la procédure entamée par l’enfant.

Obtenir des informations concernant son père biologique

Interdit par la loi

Les pratiques suivantes ne sont entre autres pas autorisées par la loi suisse :

  • le don d’ovules,
  • le don d’embryons et
  • les mères porteuses

Prise en charge par l’assurance?

Les coûts des traitements sont en général assez importants et peuvent varier d’un cas à l’autre. Lors de la première visite de contrôle, votre médecin vous donne un aperçu complet et détaillé des coûts lié à votre cas.

L'insémination artificielle au moyen de l'insémination intra-utérine (fécondation artificielle par injection de spermatozoïdes directement dans la matrice) fait partie des prestations prises en charge par l’assurance-maladie de base. Cependant, trois cycles de traitement par grossesse sont remboursés au maximum.

La fécondation in vitro suivie d'un transfert d'embryon n'est par contre pas une prestation remboursée par l’assurance-maladie obligatoire.

Pour plus d’informations, prenez contact avec votre assureur.