Les autorités suisses en ligne

Aller directement au contenu.

Coronavirus : questions-réponses

Vous trouverez sur cette page les informations officielles des autorités sur le coronavirus

Santé

Vous avez des questions sur le coronavirus, sa contagiosité, ses symptômes et son diagnostic  ? Vous voulez savoir comment vous protéger ou s'il existe un traitement ? Voici quelques-unes des questions les plus fréquemment posées.

Que devez-vous faire si vous présentez des symptômes d'infection au coronavirus ? A qui vous adresser ?

  • Les symptômes suivants sont fréquents : douleurs musculaires, fièvre, sensation de fièvre, insuffisance respiratoire, maux de gorge, perte soudaine de l’odorat et/ou du goût, toux (toux sèche irritante)
  • Plus rarement : conjonctivite, maux de tête, rhume, symptômes gastro-intestinaux

Les symptômes peuvent être de gravité variable ; ils peuvent aussi être faibles. Des complications de type pneumonie sont également possibles. Si vous présentez un ou plusieurs des symptômes fréquents énumérés ci-dessus, vous avez peut-être contracté le virus. Dans ce cas :

  • Restez à la maison, afin de ne contaminer personne
  • Faites l'auto-évaluation coronavirus ou téléphonez à votre médecin pour savoir si vous devez être testé
  • Afin de garder le virus sous contrôle, les chaînes d'infection doivent être identifiées et rompues. A cet effet, lisez les consignes figurant sur la page « Isolement et quarantaine » et appliquez-les systématiquement.

Vidéo - Nouveau coronavirus : Symptômes - que faire

Personnes vulnérables

Contacts dans les cantons

Combien de temps se passe-t-il entre l’infection et l’apparition de la maladie ? À partir de quand une personne est-elle contagieuse ?

La durée d’incubation du nouveau coronavirus, c’est-dire le temps qui s'écoule entre la contagion et l'apparition des premiers symptômes, est en général de cinq jours. Elle peut toutefois atteindre 14 jours au plus.

Une personne atteinte d’une infection au nouveau coronavirus est contagieuse longtemps, c’est-à-dire :

  • un jour avant l’apparition des symptômes, en d’autres termes, avant même qu’elle ne remarque l’infection,
  • pendant qu’elle présente les symptômes de la maladie ; c’est là que le risque de contagion est le plus grand, au moins 48 heures après qu’elle se sente de nouveau en bonne santé.


Qui doit porter un masque hygiénique en public ?

Il n’est pas recommandé aux personnes saines de porter un masque dans l’espace public.

En revanche, en portant un masque, une personne déjà infectée réduit le risque d’en contaminer d’autres.

Les règles d’hygiène et de conduite sont toujours applicables.

Lorsque certaines situations ne permettent pas de garder ses distances, l'OFSP recommande de porter un masque.

 
Attention : des informations constamment actualisées sur les masques sont disponibles sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP)

L’incertitude liée au coronavirus augmente votre anxiété ? Vous êtes déboussolé et craignez pour votre santé psychique ? Que faire ?

La crise sanitaire et le confinement peuvent avoir provoqué un stress aigu chez certaines personnes. Il est important de préserver sa santé psychique comme sa santé physique. Si vous craignez pour votre santé psychique, consultez votre médecin.

Vous trouverez sur le portail santepsy.ch et sur Infoentraidesuisse informations et les coordonnées de services auxquels vous adresser et des conseils qui vous permettront de surmonter cette période d’incertitude et de stress.

Sur le portail hepa.ch vous trouvez trucs et astuces pour bouger chez soi.

Sur le portail Info Drog vous trouvez informations et conseils en matière de dépendance et coronavirus.

Retrouvez une liste exhaustive de questions-réponses sur le site de l'Office fédéral de la santé publique

Application SwissCovid

En quoi consiste l’application SwissCovid ? Quand sera-t-elle introduite et comment fonctionne-t-elle ?

1) En quoi consiste l'application SwissCovid ?

L'application SwissCovid pour smartphone (Android/iPhone) doit contribuer à endiguer la propagation du nouveau coronavirus. Elle complètera le traçage des contacts classique, au moyen duquel les cantons retracent les nouvelles infections. Ainsi, elle aidera à interrompre les chaînes de transmission. Le fonctionnement de l’application sera testé intensivement ces prochaines semaines.

2) Quand sera-t-elle introduite ?

Pour que la population puisse utiliser l'application, le Parlement débattra de la base juridique et l’adoptera lors de la session d'été en juin. Elle sera ensuite rapidement disponible.

3) Comment fonctionne-t-elle ?

L’application utilise la technologie Bluetooth pour mesurer anonymement la durée des rencontres et la distance par rapport à d’autres smartphones. Elle enregistre les contacts de plus de 15 minutes à moins de 2 mètres.

Si une personne utilisant l'application est diagnostiquée positive au coronavirus, elle peut le signaler à l'application. L'application enverra ensuite une alerte aux autres utilisateurs qui se sont trouvés à proximité de la personne contagieuse et qui ont pu être infectés.

4) Que faire quand on reçoit une alerte ?

L'alerte doit sensibiliser les utilisateurs afin :

  • qu’ils se fassent tester immédiatement s’ils présentent des symptômes typiques et
  • qu’ils évitent autant que possible le contact avec d’autres personnes, car ils pourraient déjà être contagieux.

L’application est gratuite et son utilisation est libre. Plus les personnes qui l’installent et l’utilisent sont nombreuses, plus elle sera efficace pour endiguer la propagation du virus.

Toutes les informations sur l'application SwissCovid sur le site de l'Office fédéral de la santé publique

Assouplissement des mesures

Depuis le 16 avril, le Conseil fédéral assouplit progressivement les mesures de lutte contre le coronavirus. Ces mesures sont régulièrement adaptées à l'évolution de la situation et sont accompagnées de plans de protection. 

Attention : l'évolution de l'épidémie et l'assouplissement progressif des mesures dépendront de la manière dont les règles d'hygiène et de distanciation sociale continueront d'être respectées. Ces règles restent en vigueur.

Qu'est-ce qui rouvre et qu'est-ce qui reste fermé dans les prochaines semaines ?

Sont ouverts ou autorisés :

1) Depuis le 27 avril 2020 :

  • Magasins de bricolage, jardineries, pépinières, magasins de fleurs
  • Salons de coiffure, de beauté et de tatouage
  • Funérailles dans le cercle familial
  • Installations en libre-service
  • Physiothérapie, massage
  • Cabinets médicaux et dentaires
  • Toutes les interventions effectuées dans les établissements de soins
 
2) A partir du 11 mai 2020 :
  • Ecoles obligatoires (niveaux primaire et secondaire I)
  • Enseignement présentiel jusqu'à cinq personnes en comptant l'enseignant (secondaire II, niveau tertiaire et autres établissements de formation)
  • Examens dans le centres de formation
  • Magasins et marchés
  • Agences de voyage
  • Musées, bibliothèques et archives (sans salles de lecture)
  • Sport de masse sans contact corporel (en groupe de 5 personnes au maximum, sans match)
  • Sports de compétition et sports dans les ligues professionnelles (sans match)
  • Installations sportives pour les entraînements
  • Restaurants, bars et pubs, aux conditions suivantes :
    • groupes d’au plus 4 personnes ou familles avec enfants (y compris les familles recomposées)
    • les clients consomment toujours assis
  • Transports publics (renforcement de la cadence horaire)
 
3) Dès le 28 mai 2020
  •  Les cultes et les célébrations de toutes les religions seront à nouveau autorisés

4) Dès le 30 mai 2020
  •  Rassemblements de 30 personnes max.

5) Dès le 1er juin 2020 : 
  • Récoltes de signatures dans l’espace public 

 
6) Dès le 6 juin 2020 :
  • Manifestations de 300 personnes max.
  • Tous les entraînements sportifs
  • Enseignement présentiel (secondaire II, niveau tertiaire et autres formations)
  • Théâtres et cinémas
  • Zoos et jardins botaniques
  • Piscines et centres de bien-être
  • Remontées mécaniques
  • Campings
  • Etablissements de loisirs
  • Grands groupes dans les restaurants
  • Services de prostitution
  • Discothèques et boîtes de nuit
  • Camps de vacances (300 pers. max.)
 
7) Dès le 15 juin
  • Frontières vers l'Allemagne, l'Autriche et la France
8) Interdits
  • Rassemblements de plus de 30 personnes dans l'espace public
  • Manifestations de plus de 300 personnes
  • Compétitions sportives avec contact physiques rapprochés
 

Votre entreprise, votre magasin, votre établissement ou votre école est autorisée à rouvrir ? Comment devez-vous procéder ?

Pour ouvrir des commerces, des établissements ou exercer des activités, il est nécessaire de mettre en place un plan de protection selon les exigences de la Confédération.

Cette exigence vaut également pour les établissements et activités qui n'étaient pas soumis à une interdiction.

Toutes les personnes impliquées doivent être en mesure de respecter le plan de protection.

Il est de la responsabilité des exploitants d'établissements et des organisateurs de manifestations et d'activités de remplir et de faire respecter les exigences. Il en va de même pour les indépendants.

Les plans de protection ne sont pas soumis à l'approbation de la Confédération ou des cantons. Les cantons contrôlent que le plan de protection est respecté.

Modèles de plans de protection

Recommandations pour les milieux professionnels : consignes de protection

Travail

Quelles sont les mesures économiques mises en œuvre par les autorités fédérales pour atténuer les conséquences de l’épidémie de coronavirus ? Vous êtes entrepreneur, travailleur indépendant, employé ou apprenti et vous vous demandez si vous avez droit à ces mesures ? Qu’en est-il si vous êtes au chômage ? A qui devez-vous vous adresser pour obtenir les informations nécessaires ?

Employeurs

1) Vous rencontrez des problèmes de liquidité ? Où obtenir des aides financières ou demander un report de paiement ?

Pour faire face aux difficultés liées à la pandémie, les entreprises peuvent compter sur différents types d’aides financières. Ils peuvent par exemple demander des crédits transitoires, de manière simple et rapide, pour faire face à leurs problèmes de liquidité, ou un report du paiement des impôts et des assurances sociales. 

2) Vous avez du mal à payer les salaires de vos employés ? Que faire pour éviter les licenciements ?

Si l’activité de votre entreprise a baissé en raison de la pandémie de coronavirus et que vous avez du mal à payer les salaires de vos employés, vous pouvez demander une indemnité pour la réduction de l’horaire de travail. Au vu de la situation, le préavis a été supprimé et le cercle des ayants-droit a été élargi.

 3) Quelles sont vos obligations, en tant qu’employeur, afin de protéger vos employés ? Pouvez-vous obliger vos employés à travailler malgré la pandémie de coronavirus ?
Pour que votre entreprise puisse continuer son activité, vous devez protéger vos employés de la contagion. Respectez les recommandations des autorités.

Informations supplémentaires sur EasyGov (Helpcenter)

Salariés

1) Ai-je droit à mon salaire si mon entreprise ferme à cause de la pandémie du coronavirus ?

En raison de la pandémie du coronavirus et de ses conséquences, le Conseil fédéral a pris des mesures extraordinaires concernant l'indemnité en cas de réduction de l'horaire de travail (RHT, ou chômage partiel). Avec l’indemnité RHT, l’assurance-chômage couvre une partie des frais de salaire des travailleurs dont la durée normale de travail est réduite.

Les entreprises ayant fait une demande de RHT doivent verser à leur employés un salaire correspondant à 80% de la perte de gain et ce le jour de paie habituel.A l'inverse de l'indemnité de chômage, les prestations sont versées à l'employeur.

Chacun des travailleurs concernés a le droit de refuser l'indemnité en cas de RHT; l'employeur doit alors continuer de verser intégralement le salaire au travailleur. Toutefois, le risque d'être confronté à un licenciement augmente par la suite pour ce travailleur.

2) Ai-je droit au chômage partiel (indemnité RHT) si je suis un travailleur sur appel, un apprenti ou si j'ai un contrat à durée déterminée ?

  • Les travailleurs sur appel n'ont pas le droit à l'indemnité RHT si leur taux d’occupation varie en moyenne de plus de 20 %. Ces personnes ne peuvent pas compter sur un nombre d’heures de travail régulier et assuré par un contrat de travail. Par conséquent, la perte de travail ne peut pas être déterminée.
  • Les personnes exerçant un emploi à durée déterminée, en apprentissage ou au service d'une organisation de travail temporaire ont droit à l'indemnité RHT.
 
3) Ai-je droit à mon indemnité si je suis mis en quarantaine ?

Si vous êtes mis en quarantaine suite au coronavirus et vous trouvez dans l'impossibilité de vous rendre au travail, vous avez droit à l'indemnité en cas de RHT, si toutes les autres conditions sont remplies et qu’aucune autre assurance sociale (p. ex. l’assurance-maladie) ne vous verse des prestations.

Les employés qui suspendent leur activité professionnelle pour des motifs personnels tels que la maladie, la peur de contracter le virus ou des obligations familiales (p. ex. s’occuper d’un membre de la famille malade, ou des enfants suite à la fermeture des écoles et des crèches) n’ont pas droit à l'indemnité en cas de RHT.

Indépendants

1) A quelles conditions les indépendants peuvent-ils bénéficier d’une allocation ?

Les indépendants qui subissent une perte de gain en raison des mesures ordonnées par les autorités pour lutter contre le coronavirus ont droit à l’allocation, à condition qu’ils ne bénéficient pas d’autres indemnités ou prestations d’une autre assurance sociale ou privée.

L’allocation est prévue pour les indépendants suivants :

  • Les parents d’enfants de moins de 12 ans qui doivent interrompre leur activité lucrative parce que la garde de leurs enfants par des tiers n’est plus assurée
  • Les parents d’enfants en situation de handicap qui doivent les garder à la maison (enfants jusqu’à l’âge de 20 ans)
  • Les personnes placées en quarantaine par leur médecin qui doivent interrompre leur activité lucrative
  • Les personnes exerçant une activité lucrative indépendante qui subissent une perte de revenu en raison de l’arrêt de leur activité ordonné par le Conseil fédéral pour lutter contre le coronavirus
  • Les acteurs culturels indépendants dont les engagements ont été annulés en raison des mesures de lutte contre les coronavirus ou qui ont dû annuler leurs propres manifestations
  • Les indépendants qui, en raison de l’annulation des manifestations, n’ont pas pu fournir les prestations prévues (fournisseurs, monteurs de tentes de foire, techniciens son et lumière, etc.)
  • Les indépendants touchés par l’arrêt des activités ordonné par le canton où ils exerçaient une des activités concernées
  • Les indépendants qui ne sont touchés qu’indirectement par les mesures officielles de lutte contre la pandémie auront aussi droit à une allocation s’ils sont autorisés à travailler, mais que leur activité a diminué ou pris fin à cause desdites mesures, à l’exemple des chauffeurs de taxi.

2) Quel est le montant de l’allocation pour indépendants ? A qui s’adresser pour l’obtenir ?

Demandeurs d'emploi

1) Dois-je continuer à fournir la preuve de mes recherches d'emploi ?

Non, les personnes au chômage n’ont plus à produire la preuve de leurs recherches d’emploi. L’assuré doit remettre la preuve de ses recherches d’emploi au plus tard un mois après l’expiration de l’ordonnance 2 COVID-19. La période de contrôle sera calquée sur la durée de validité de ladite ordonnance.

2) Quel impact cette situation a-t-elle sur le délai-cadre et les indemnités ?

  • Pour éviter les arrivées en fin de droits, toutes les ayants droit bénéficient au maximum de 120 indemnités journalières supplémentaires.
  • Le délai-cadre d’indemnisation est prolongé de deux ans, pour autant que l’indemnisation complète ne soit pas possible dans le délai-cadre en cours.
 
Informations supplémentaires pour les demandeurs d'emploi sur travail.swiss.

Vous trouverez de plus amples informations et des adresses de contact sur le site du Secrétariat d'Etat à l'économie, sur le site du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche et sur le site de l'Office fédéral de l'agriculture. Sur le portail easyGov, vous trouverez les questions et réponses les plus fréquemment posées. 

Déplacements / voyages / douanes

Qui peut entrer et sortir de Suisse et sous quelles conditions ? Quelles recommandations les voyageurs doivent-ils suivre ? À qui les voyageurs bloqués à l'étranger peuvent-ils s'adresser pour obtenir des informations et organiser leur rapatriement ?

Qui peut entrer en Suisse, et sous quelles conditions ?

Afin de limiter l'expansion de la pandémie et d'assurer la sécurité de la population, l'entrée en Suisse n'est autorisée que pour les personnes qui :

  • ont la nationalité suisse ;
  • bénéficient d’un document de voyage, par exemple un passeport, et:
  • d’un titre de séjour, notamment un permis de séjour suisse (permis L, B, C ou Ci);
  • d’un permis de frontalier (permis G ; seulement à des fins professionnelles);
  • d’une carte de légitimation du DFAE;
  • d’un visa D délivré par la Suisse;
  • d’un visa C délivré par la Suisse après le 16 mars 2020 sur la base d’un motif d’exception;
  • d’un visa C délivré par la Suisse en vue de l’exercice d’une activité lucrative de courte durée;
  • d’une assurance d’autorisation délivrée par une autorité cantonale compétente en matière de migration un contrat de travail n’est pas suffisant pour franchir la frontière suisse ; les titulaires d’une assurance d’autorisation de séjour peuvent entrer en Suisse au plus tôt trois jours avant le début de validité de ce document).
  • possèdent un titre de voyage pour réfugié délivré par la Suisse ainsi qu’une autorisation de séjour ou d’établissement ou un permis F en cours de validité ;
  • sont ressortissants d’un État de l’UE ou de l’AELE et justifier d’une attestation d’annonce (pour les activités lucratives ou la prestation de services jusqu’à 90 jours par an) ; les titulaires d’une attestation d’annonce peuvent entrer en Suisse au plus tôt un jour avant la prise d’emploi ou le début de la mission ;
  • effectuent un transport commercial de marchandises et disposer d’un bulletin de livraison de marchandises ;
  • sont en transit en Suisse avec l’intention et la possibilité de se rendre directement dans un autre pays ;
  • sont d’une grande importance en tant que spécialiste dans le domaine de la santé (une attestation d’annonce ou une assurance d’autorisation ou une autorisation d’entrée assortie d’un visa reste nécessaire) ;
  • se trouvent en situation d’absolue nécessité ; il appartient à l’autorité compétente en matière de contrôle à la frontière d’apprécier si l’absolue nécessité est avérée.
 
Attention :
  • dès le 11 mai le regroupement familial en Suisse est à nouveau possible pour les citoyens suisses et ceux des pays de l’UE
  • à partir du 16 mai un assouplissement des restrictions du trafic frontalier entre l’Autriche, l’Allemagne et la Suisse est entré en vigueur
  • à partir du 15 juin, les frontières avec l'Allemagne, l'Autriche et la France seront ouvertes. Tous les détails sont disponibles ici.
  • les contrôles aux frontières, par contre, seront maintenus
  • Les personnes concernées doivent montrer de manière vraisemblable qu’elles remplissent l’une des conditions ci-dessus. Des preuves appropriées doivent être fournies lors du franchissement de la frontière.
  • Il y a lieu de relever que les compagnies aériennes décident de manière indépendante à quelles conditions elles transportent des passagers. Veuillez donc vous renseigner directement auprès de votre compagnie sur les conditions de transport. 

Plus d'informations sur les conditions d'entrée en Suisse

Y a-t-il des exceptions aux conditions actuelles d'entrée en Suisse ? Lesquelles ?

Quelles sont les exceptions pour les cas de rigueur dans des situations d’absolue nécessité ?

  • visite pour cause de décès d’un membre de la famille proche qui vivait en Suisse ou visite à un membre de la famille qui est en fin de vie (notamment conjoint, partenaire, père / mère, frère / sœur, enfant, petit-enfant ou beau-frère / belle-sœur). La personne est autorisée à entrer en Suisse avec des membres de sa famille nucléaire (conjoint, partenaire enregistré, enfants mineurs)
  • poursuite d’un traitement médical commencé en Suisse ou à l’étranger et ne pouvant pas être reporté sans mettre en danger la vie de l’intéressé 
  • conjoint et enfant(s) mineur(s) de nationalité étrangère d’un ressortissant suisse qui souhaitent rentrer en Suisse avec ce ressortissant suisse depuis leur lieu de domicile à l’étranger en raison de la situation actuelle (par ex. à des fins d’évacuation) ;
  • visite officielle urgente résultant d’obligations internationales de la Suisse 
  • entrée de membres d’équipage de moyens de transport publics (trains, bus, trams, vols réguliers et charters, etc.) et de membres d’équipage de vols de transport de marchandises, de vols médicaux d’urgence, de vols de contrôle de maintenance, de vols de travail aérien et de vols privés (aviation générale et d’affaires) destinés au transport de personnes autorisées à entrer en Suisse, ainsi que de chauffeurs de bus de transport scolaire privés 
  • assistance à un membre de la famille proche qui est malade, âgé ou mineur, quel que soit le degré de parenté ;
  • exercice du droit de visite d’un enfant et de la personne qui l’accompagne, conformément au droit civil (comprend aussi l’entrée de l’enfant en Suisse) 
  • visite à la famille nucléaire, c’est-à-dire le conjoint, le partenaire enregistré et les enfants mineurs, indépendamment de la durée et de la fréquence des visites 
  • convocation judiciaire ou rendez-vous d’affaires ne pouvant être reporté, par exemple signature d’un contrat nécessitant impérativement la présence physique des parties 
  • entrée de spécialistes du domaine de la santé et des membres de leur famille 
  • accompagnement à l’entrée en Suisse et à la sortie du pays de personnes autorisées à entrer en Suisse en vertu de l’art. 3 de l’ordonnance 2 COVID-19 qui ont besoin d’une assistance particulière (par ex. enfants, personnes âgées, personnes handicapées, malades) 
  • ressortissants d’un État de l’UE ou de l’AELE justifiant d’un contrat de travail conclu avant le 25 mars 2020 ou d’un contrat de bail signé et valable prenant effet au plus tard à partir du 1er avril 2020 en Suisse 
  • soin à des animaux ou récupération d’animaux devant être effectuée personnellement faute de quoi ils subiraient un dommage ou risqueraient de mourir
  • entrée pour se rendre en Suisse à l’école obligatoire ou à la garderie déjà fréquentées auparavant (avec son accompagnant adulte s’il agit d’un enfant mineur) ;
  • entrée d’enfants et de jeunes gens en vue de fréquenter l’école obligatoire ou le jardin d'enfants en Suisse. À cette fin, ils peuvent entrer en Suisse avec leur mère ou leur père ou avec une personne de confiance. 

Des dérogations ne sont permises que si elles ne sont pas en contradiction avec les mesures de lutte contre la pandémie ni avec les instructions de l’OFSP.

Les cas de rigueur ou cas d’intérêt public doivent être démontrés de manière vraisemblable. À cet effet, les pièces suivantes peuvent être présentées :

  • certificat de domicile,
  • certificat médical,
  • avis de décès,
  • extrait du registre des familles ou autre acte d’état civil,
  • assignation devant un tribunal,
  • décision judiciaire,
  • documents commerciaux
  • confirmation ou carte d’élève de l’école obligatoire ou confirmation de la garderie.

N'est pas considéré un cas d'absolue nécessité 

  • L’entrée aux fins de visites privées ou pour effectuer des opérations commerciales ou se rendre dans sa résidence secondaire 
  • Un entretien d'embauche qui peut également être mené via Skype. Si, dans des cas individuels, il est avéré que l'entretien doit être mené en Suisse, les personnes concernées doivent s'adresser au Secrétariat d'Etat aux migrations pour demander une dérogation
  • il n’est pas possible d’entrer en Suisse en ce moment pour rendre visite à une connaissance ou à une personne avec laquelle on entretient une relation sans être marié ou en partenariat enregistré ou avec laquelle on n’a pas d’enfants. Ces relations ne constituent pas d’ordinaire des situations d’absolue nécessité. Autoriser ce type de visites générerait en outre un grand nombre d’entrées, ce qui irait à l’encontre des mesures arrêtées pour lutter contre la pandémie.
    L
    ’entrée en Suisse à des fins de visite peut en revanche être autorisée dans le cas de couples non mariés ayant ensemble des enfants mineurs. La situation familiale devra être démontrée de manière vraisemblable à la frontière, justificatifs à l’appui (par ex. extrait du registre des familles ou autre acte d’état civil)
  • il n'est pas encore possible d'entrer en Suisse pour la préparation du mariage. Les demandes de délivrance de l'autorisation de séjour de courte durée nécessaire sont actuellement suspendues par les offices cantonaux des migrations
 
Attention :

Plus d'informations sur les conditions d'entrée en Suisse

Qui peut sortir de la Suisse ? Une personne résidant en Suisse peut-elle encore faire un aller et retour entre la Suisse et l’étranger (par exemple pour faire des courses) ?

La Suisse n'empêche personne de quitter le pays. Le Conseil fédéral conseille de s'abstenir jusqu'à nouvel ordre de tout voyage non urgent à l'étranger.

Toutefois il faut garder à l'esprit que :

  • Actuellement, les voyages à l'étranger ne sont possibles que de façon très limitée. Si les voyageurs sont autorisés à aller dans un pays voisin conformément à sa réglementation, les autres motifs de voyage, tels que la visite ou la pratique d'activités de loisirs, ne sont plus éclaircis en détail lors du retour en Suisse par les postes frontières ouverts. Le retour en Suisse est autorisé pour les personnes de nationalité suisse ou titulaires d'un permis de séjour valable pour la Suisse (ou une assurance officielle correspondante). Conformément aux recommandations du Conseil fédéral, il est déconseillé de voyager à des fins de loisirs ou pour tourisme. En revanche, selon l'art. 3a de l'ordonnance 2 COVID-19, le tourisme d'achat est explicitement interdit. Veuillez consulter à ce sujet les informations du SEM. 

  • Pour entrer dans un autre État, vous devez vous conformer à la réglementation en vigueur dans cet État. De nombreux pays ont fermé leurs frontières aux étrangers. Avant de voyager, renseignez-vous sur les restrictions en vigueur dans votre pays de destination
    Veuillez contacter directement l'ambassade ou le consulat du pays de destination pour obtenir des informations
  • Selon l'art. 3a de l'ordonnance 2 COVID-19, le tourisme d'achat est explicitement interdit. L'importation de marchandises par un passage frontalier en provenance d'un pays voisin est interdite si ce voyage a servi exclusivement au tourisme d'achat. Cela vaut également si les conditions d'entrée susmentionnées sont remplies.Lors du retour en Suisse, une amende de 100 francs est prononcée lorsqu'il s'agit manifestement d'un cas de tourisme d'achat et que le franchissement de la frontière a eu lieu uniquement à cette fin.

  • Si vous quittez la Suisse, votre retour est soumis aux règles énumérées ici : Qui peut entrer en Suisse ? 
Attention

Pour le passage des frontières, des règles spéciales s’appliquent entre la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche et la France. Lesquelles ?

Dès le 16 mai la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche autorisent à nouveau mutuellement l’entrée pour les personnes qui souhaitent rendre visite à leur partenaire de vie ou à leurs proches ou participer à un événement familial majeur. Elles font de même pour les propriétaires de biens immobiliers ou de jardins à usage personnel, de terres agricoles, de réserves de chasse ou de forêts. Les restrictions sont également assouplies pour les personnes qui doivent prendre soin d’animaux. Voici les détails valables dès le 16 mai : tous les détails.

À partir du 15 juin, les frontières avec l'Allemagne, l'Autriche et la France seront ouvertes. Tous les détails sont disponibles ici.


Peut-on traverser la Suisse en transit ?

Le transit n'est pas interdit - sauf s'il y a lieu de penser que la personne en transit ne pourra pas quitter la Suisse en raison, par exemple, des dispositions en matière d’entrée appliquées par le pays de destination. De nombreux pays ont fermé leurs frontières aux étrangers.

Avant de voyager, renseignez-vous sur les restrictions en vigueur dans votre pays de destination. Pour obtenir des informations à ce sujet, contactez directement l'ambassade ou le consulat du pays de destination.

Attention

Informations douanières pour les entreprises

  1. Y a-t-il en ce moment des restrictions dans le trafic des marchandises de commerce à cause du COVID-19 ?
    Non, il n'y a aucune restriction en vigueur actuellement. Les marchandises de commerce peuvent être déclarées à l'importation, au transit ou à l'exportation.

  2. Des employés d'entreprises de déménagement étrangères peuvent-ils entrer en Suisse actuellement ?
    Les déménagements transfrontaliers sont généralement autorisés à condition qu'ils soient effectués par une entreprise de déménagement commerciale. Cela ne concerne que le conducteur du véhicule et les autres employés qui voyagent avec lui pour le déménagement. Lors du passage à la frontière, un bon de livraison ou un ordre d'expédition valide doit être présenté. Les employés doivent pouvoir prouver qu'ils travaillent pour l'entreprise de déménagement en question. Une confirmation d'enregistrement délivrée par les autorités cantonales n'est pas nécessaire.
    Toutefois, l'entrée sera refusée pour les déménagements effectués par particuliers de l'étranger (famille, amis, connaissances) si ceux-ci disposent pas d'un permis de séjour valable ou d'une assurance d'autorisation de séjour en Suisse.

  3. Des employés étrangers peuvent-ils entrer en Suisse pour travailler ?
    Oui, pour autant que ceux-ci disposent d'un titre de séjour, d'un permis de frontalier, d'une attestation d'annonce pour la Suisse, d'une assurance d'autorisation de séjour ou d'un visa délivré par la Suisse pour le motif de «réunions d'affaires». Pour les frontaliers, il faut veiller à ce que l'activité en Suisse puisse encore être accomplie.

  4. Est-ce que les courses à vide à travers la Suisse pour aller chercher des marchandises commerciales à l'étranger sont autorisées ?
    Oui, des courses à vide à l'étranger pour aller chercher des marchandises commerciales sont autorisées. Renseignez-vous cependant impérativement au préalable auprès des autorités douanières étrangères sur d'éventuelles restrictions.

 

Attention: Dès le 8 juin, de nouveaux assouplissements entreront en vigueur. Tous les détails figurent dans le document Coronavirus : nouvel assouplissement des restrictions d'entrée dès le 8 juin.

Sur le site du Secrétariat d'Etat aux migrations, vous trouverez une liste complète de questions-réponses sur l'entrée en Suisse, la libre circulation et les visas.

Sur le site du Département fédéral des affaires étrangères, vous trouverez différents conseils et informations sur le rapatriement en Suisse. Le portail du Secrétariat d'Etat contient une liste complète de questions-réponses sur l'entrée en Suisse, la libre circulation et les visas.

Sur le site de l'Administration fédérale des douanes, vous trouverez des informations complémentaires et des adresses de contact sur le sujet des douanes. Pour toute demande, contactez la Centrale de renseignement de la douane.

Ecole / Formation / Recherche

Quel est l'impact des mesures de lutte contre le coronavirus sur l'année scolaire ? Que prévoit-on pour en atténuer les effets ? Qui puis-je contacter pour obtenir les informations nécessaires ?

Scolarité obligatoire : comment l'enseignement se poursuit-il ?

Le 11 mai, les jardins d’enfants et les écoles obligatoires ont rouvert. Tous les enfants de 4 à 16 ans ont pu y retourner.

En principe, les règles d’hygiène et de conduite (se laver les mains, tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude) s’appliquent aussi à l’école et seront mises en pratiques avec les enfants. Elles contiennent cependant des règles qui ne s’appliqueront pas aux écoles.

Dans l’espace public, les groupes de plus de cinq personnes sont interdits :

  • La règle des cinq personnes ne s’applique pas aux environs du bâtiment, ni dans les salles de classe.

Garder une distance de deux mètres avec les autres personnes :

  • Les enfants ne peuvent pas toujours garder une distance de deux mètres entre eux à l’école. En particulier les plus jeunes doivent pouvoir se déplacer aussi librement que possible en classe et dans la cour de récréation.

Cependant, les adultes doivent continuer à garder leurs distances à l’école, en raison de leur risque plus élevé de propager le virus et de tomber malade.


Qu'en est-il pour les examens de la fin de l'année scolaire 2019/2020 ? (Maturité gymnasiale, professionnelle ou spécialisée, examens professionnels et supérieurs)

  • Maturités gymnasiales : les examens oraux de maturité sont annulés. De plus, les gymnases cantonaux ne sont pas obligés d’organiser d’examens écrits de maturité cette année. Les cantons pourront prendre cette décision eux-mêmes, en fonction du degré d'atteinte de la pandémie et des différentes conditions cadres organisationnelles et pédagogiques.
    Dans les cantons où les examens n’auront pas lieu, les certificats seront décernés sur la base des notes de la dernière année enseignée. Les certificats basés sur ces notes présentent une pertinence et une validité suffisantes pour garantir l’aptitude aux études de leurs titulaires.

  • Maturités professionnelles : les examens cantonaux de maturité professionnelle fédérale sont annulés dans toute la Suisse et remplacés par des notes d’école. 

  • Vous trouverez des informations sur ces examens à la page suivante : Examens de maturité 2020 et examens de maturité professionnelle 2020.

  • Adresses de contact, canton par canton

  • Pour obtenir des informations sur les examens professionnels et les examens professionnels supérieurs, veuillez appeler le +41 58 462 80 66 ou envoyer un courriel à info.hbb@sbfi.admin.ch
    Plus d'informations: Coronavirus : accord sur les modalités des examens de fin d’apprentissage pour toute la Suisse

  • Pour toute question concernant les cours, les examens et d'autres sujets concernant les universités ou les hautes écoles spécialisées, veuillez contacter directement votre université ou votre haute école spécialisée. 
    Liste des universités suisses reconnues ou accréditées

Vous trouverez des informations complémentaires et des adresses de contact sur le site du Secrétariat d'État à la formation,  à la recherche et à l'innovation.

Vous trouverez des informations complémentaires sur le site de l'Office fédéral de la santé publique.